La Ciutat de Barcelona

AU CENTRE VILLE

Parfait pour ceux qui veulent combiner une culture vivante, la destination de l'architecture unique, de magnifiques plages et la vie nocturne. Barcelone est cela et plus encore.

Parmi de nombreuses destinations touristiques de Port Olimpic recommander:

LA SAGRADA FAMÍLIA


La Sagrada Família, Temple Expiatori de la Sagrada Família de son nom complet en catalan (en français : temple expiatoire de la Sainte Famille), est une basilique, consacrée par le pape Benoît XVI le 7 novembre2010. Les travaux ont commencé à Barcelone à partir de 1882.

C’est l’un des exemples les plus connus du modernisme catalan et un monument emblématique de la ville. Œuvre inachevée de l'architecte Antoni Gaudi, la SagradaFamília est située dans le quartier du même nom (district de l’Eixample). L’architecte a conçu une minutieuse symbologie qui fait de cet édifice un poème mystique. Il a également fait preuve de grandes audaces de construction formelle, telles la manière de concevoir la structure d’arc en chaînette ou la combinaison des traitements sculpturaux naturalistes et de l’abstraction des tours. Selon les données de l’année 2004, la SagradaFamília est le monument le plus visité d’Espagne, dépassant l’Alhambra de Grenade et le musée du Prado à Madrid : en 2008, elle a attiré plus de 2,7 millions de visiteurs. L’œuvre réalisée du vivant d’Antoni Gaudí, la crypte et la façade de la Nativité, a été déclarée patrimoine de l’humanité par l’Unesco en 2005.

Puisqu'il s'agit d’un temple expiatoire, les travaux sont exclusivement financés grâce à l’aumône. En conséquence, il n’a pas été possible de construire simultanément les différentes parties du monument lorsqu’il l’eût fallu, mais depuis les années 1990, l’affluence de visiteurs et le renom mondial de l’œuvre ont fait évoluer la situation économique.

Une fois achevée, l’église comptera dix-huit tours. Elles ont un profil parabolique et disposent d’escaliers hélicoïdaux. L’une, sur l’abside, symbolisera la Vierge et sera couronnée par une étoile à douze pointes. À chacun des douze apôtres sera dédiée l’une des quatre tours des trois portails. De la même manière, les évangélistes seront associés aux quatre campaniles de 125 mètres entourant le ciborium central. Leurs pinacles seront couronnés par les symboles des évangélistes : l’homme pour saint Matthieu, le lion pour saint Marc, le taureau pour saint Luc et l’aigle pour saint Jean. Au centre, le ciborium doit être surmonté d’une grande tour lanterne de 170 mètres dédiée au Christ. Elle sera située au-dessus de la croisée et surmontée d’une «croix de Gaudí» tridimensionnelle.

La façade de la Nativité, également dite « du Levant », est la seule à avoir été construite pendant la vie de Gaudí. Un ensemble de sculptures dans la partie centrale figure sur la porte de l’Espérance, représentant les noces de Joseph et de Marie à l’intérieur d’une grotte. Comme pour la façade de la Nativité, la façade de la Passion possède trois portails d’entrée, également dédiés aux vertus théologales. Les travaux de la façade de la Gloire ont commencé en 2002 et sont peu avancés. Il est prévu que ce soit la plus grande et la plus monumentale des trois. Elle est conçue pour être la façade principale et pour donner sur la nef centrale.


PARC GÜELL


Le parc Güell, est l'une des réalisations de l'architecte catalan Antoni Gaudí à Barcelone qui figure sur la liste du patrimoine mondial de l'UNESCO. Il fut édifié entre 1900 et 1914. Les architectes José Antonio Martínez Lapeña et Elías Torres l'ont restauré de 1984 à 1993. Cette restauration a donné lieu à des polémiques notamment concernant l'habillage en céramique du banc de forme ondulée de la terrasse du Parc Güell.

Gaudí s'est efforcé de conserver le relief naturel et, laissant libre cours à son imagination, a produit une œuvre originale tout en courbes qui s'intègre à la nature et la reproduit, les colonnes des allées simulant par exemple des troncs d'arbres. L'architecte voulait un quartier résidentiel chargé de symboles de la Catalogne et du Christianisme.

Le parc Güell, d'une superficie de 20 hectares, est avant tout un jardin, seules quelques constructions à l'intérieur du parc y ont été achevées comme les deux maisons en forme de champignon encadrant l'entrée. Une fois le portail passé, le visiteur se trouve devant des escaliers avec des îlots-fontaine au centre, en particulier l'emblématique fontaine en forme de salamandre.

En haut de ces escaliers, on accède à la salle hypostyle aux cent colonnes doriques, qui n'en compte en fait que 84. La salle devait servir de marché. Les colonnes (6 m de haut et 1,20 m de diamètre, avec une base recouverte de trencadis) et la voûte sont construits de telle sorte que l'eau de pluie soit récupérée dans des citernes situées sous le marché pour permettre l'arrosage gratuit et écologique des jardins, ainsi que l'alimentation des fontaines. La voûte de la salle est décorée de quatre soleils en céramique de 3 m de diamètre.

En longeant la salle, le visiteur arrive sur la place centrale avec le plus long banc ondulé du monde (110 m).


CASA BATLLÓ


La Casa Batlló (maison Batlló) est un édifice moderniste conçu par l'architecte Antoni Gaudí, chef de file de ce mouvement, de 1904 à 1906. Elle est située dans l'Illa de la Discòrdia, au 43 Passeig de Gràcia à Barcelone.

L'immeuble fut commandé par Josep Batlló et Casanovas, industriel du textile. La partie la plus connue de l'édifice est la façade, considérée comme l'une des plus originales de l'architecte, qui utilisa la pierre, le fer forgé, le trencadis de verre et la céramique polychrome ; Gaudí se fit seconder par les architectes Josep Maria Jujol et Joan Rubió i Bellver.

L'édifice, qui figure sur la liste du patrimoine mondial de l'UNESCO, est ouvert au public et a reçu 600 000 visiteurs en 2011.

Au-delà des différentes interprétations de chaque partie ou détail spécifique, la Casa Batlló s'inscrit dans la vision naturaliste de Gaudí qui s'inspira du milieu marin. La variété des couleurs, la prédominance du bleu marine et de l'ocre des roches, confortent cette thèse. Le bleu marine est présent dans la décoration à base de céramiques, pour la façade, le vestibule et les patios.

D'après l'historien Juan José Lahuerta, « l’intérieur du bâtiment devient un espace de tranquillité pour l'homme qui affronte les multitudes de la ville et lutte dans le monde, une sorte de grotte sous-marine où se recueillir, où trouver un espace intime, à la façon de Jules Verne , où héros, le conquérant, l'homme moderne a deux réalités : l'une extérieure, cosmique, sans limite et une intime, où il est blotti dans sa grotte, dans le ventre maternel de la terre ; la nature, la raison et l'histoire convergent dans cette œuvre.

Joan Bassegoda i Nonell, architecte qui restaura l'édifice, ajouta : « Selon Léonard de Vinci, la nature est pleine de causes latentes qui n'ont jamais été libérées. La beauté de la Casa Batlló est la libération d'un de ces ésotérismes naturels dans l'œuvre, grâce à l'imagination et au pouvoir créatif de Gaudí


CASA MILÀ


La Casa Milà (maison Milà), surnommée « La Pedrera » (en catalan et en espagnol, « la carrière de pierre »), est un édifice de Barcelone, érigé entre 1906 et 1910 par l'architecte catalan Antoni Gaudí.

La Casa Milà, conçue comme un hôtel particulier, est généralement classée comme œuvre monumentale du modernisme catalan de la première décennie du XXe siècle, dont Gaudí était le chef de file. Ce fut l'avant-dernier projet conduit par l'architecte qui utilisa ici ses techniques clefs : l'inspiration naturaliste et l'arc caténaire.

Malgré l'opposition répétée du conseil municipal à l'édification de ce bâtiment en dehors des limites du plan Cerdà et les moqueries des Barcelonais, la Casa Milà fait partie, un siècle après sa construction, des lieux emblématiques de la ville et des dix sites les plus touristiques de Barcelone. Elle figure sur la liste du patrimoine mondial de l'UNESCO.

La Casa Milà possède trois façades : une sur le Passeig de Gràcia, une sur la rue de Provence, et une autre en chanfrein, suivant le schéma habituel de l'Eixample projeté par Cerdà. Cependant, elles présentent une continuité formelle et stylistique de par leur forme sinueuse et ondulée, ressemblant ainsi à un rocher modelé par les vagues de la mer. Les renfoncements et parties saillantes impriment un dynamisme à l'ensemble, donnant une sensation de mouvement, augmentée par un jeu d'ombres et de lumières en constant changement selon l'heure du jour et la position du spectateur. En plus de la forme ondulante des murs de la façade, la présence de trente-trois balcons en fer forgé, d'une forme originale inspirée des algues marines, change l'ensemble en une œuvre d'art immense presque sculpturale. La majorité des rambardes ont une forme abstraite, bien qu'on rencontre quelques détails ponctuels comme une colombe, un masque de théâtre, une étoile à six pointes, diverses fleurs et l'écu catalan.


PLACE DE CATALOGNE


La place de Catalogne (Plaça de Catalunya en catalan) est une des principales places de Barcelone. D'une superficie d'environ 5 hectares, elle relie la Vieille-ville de Barcelone et l'Eixample. La place jouxte plusieurs rues importantes ou célèbres de la ville telles que le Passeig de Gràcia et La Rambla.

La première étape de l'urbanisation (deux grandes voies et une place circulaire à leur intersection) commence en 1902. La seconde étape fut achevée pour l'exposition internationale de 1929 : le projet initial de Josep Puig i Cadafalch est substitué par celui de FrancescNebot et, une fois commencés les travaux, par celui de Joaquim Llansó.

Jusque dans les années 1920, les hôtels, les cafés, les bars et les brasseries, les lieux de spectacle font de la place un espace animé, festif et cosmopolite.

Après que la Seconde République ait accordé à la Catalogne une large autonomie (1932), la place devient l'espace public des manifestations sociales et des clivages entre les acteurs de la vie politique.


QUARTIER GOTHIQUE


Le quartier gothique (en catalan : barri Gòtic), est l'un des quartiers les plus populaires du districtVieille-ville de Barcelone. Il remonte au règne d'Auguste où les Romains y fondèrent une colonie. Encore aujourd'hui, on peut y apercevoir sur la Plaça Nova deux tours cylindriques datant de l'époque romaine en 10 ap-jc un romain pris un arc bienveillant.

Sont conservés en assez bon état les secteurs nord et est de la muraille romaine de Barcelone. Sur la plaça Nova sont conservées deux tours cylindriques, qui ont été surélevées au XIIe siècle. Elles entouraient la Porte Praetoria de la muraille romaine, également connue comme la porte de l'Évêque au Moyen Âge. Le secteur correspondant au pla de la Seu, mis au jour au milieu du XXe siècle, est celui qui laisse le mieux voir comme devait être l'enceinte romaine. Dans la rue de la Tapineria, on trouve un pan de muraille romaine, avec une tour de plan polygonal, qui formait l'angle nord de l'enceinte et sur lequel s'appuient les murs plus récents de la maison de la Pia Almoina. Le fragment de la Place de Ramon Berenguer el Gran est peut-être le secteur de muraille le plus intéressant, par la superposition de constructions médiévales sur le mur romain, au-dessus de voûtes qui vont de tour en tour. Sur ce secteur s'appuie la chapelle de Santa Àgata. Sur le secteur de la rue des Sots-tinent Navarro, connue comme la rue des Muralles Romanes, s'élève, au-dessus d'une voûte d'ogives, le palais de la comtesse de Palamós. La muraille romaine continue par la rue du CorreuVell, où il y a une tour de plan circulaire qui forme l'angle de la muraille. Le reste du tracé se perd dans les constructions de la rue d'Avinyó, celle de Banys Nous et celle de la Palla, ou bien a disparu. Sous la place du Roi, avec l'entrée du Musée d'histoire de la Cité, on peut voir la partie interne de la muraille, avec des restes d'autres édifices et rues de la Barcino romaine.


CATHÉDRALE DE BARCELONE


La cathédrale basilique métropolitaine de la Sainte-Croix et de Sainte Eulalie de Barcelone, souvent surnommée Seu en catalan, est la cathédrale de l'archidiocèse catholique de Barcelone.

La cathédrale actuelle, de style gothique, a été construite entre les XIIIe et XVe siècles sur l'ancienne cathédrale romane, elle-même bâtie sur une église datant de l'époque wisigothe au même endroit qu'une antérieure basilique paléochrétienne dont certains vestiges sont encore visibles dans le sous-sol, au Musée d'histoire de Barcelone.

Les deux grandioses tours-clochers octogonales sont à la part postérieure de l'édifice, des deux côtés de la fausse croisée du transept. La façade principale est cependant beaucoup plus récente (XIXe siècle). La grande flèche, haute de 80 m. est couronnée d'une statue colossale de Sainte Hélène portant la Croix, dont elle, selon une tradition ancienne, avait fait l'Invention. La cathédrale est classée Bien d'intérêt culturel, en tant que Monument Historico-Artistique National, depuis 1929.

L'église et un cloître, d'une parfaite unité de style, composent le bâtiment. La longueur de la cathédrale est de 90 mètres, sa largeur de 40 mètres. Le jardin du cloître est un carré de 25 mètres de côté. Les galeries qui l'entourent font 6 mètres de large. La nef de la cathédrale est formée de trois vaisseaux de même hauteur. Le vaisseau central est deux fois plus large que les collatéraux. Les circulaires se rejoignent à la fausse croisée du transept en un déambulatoire, passant derrière le presbytère et formant un demi-cercle dans lequel se trouvent neuf chapelles coiffées d'ogives à quatre branches. Par les vitraux gothiques qui surplombent ces chapelles passe la lumière qui éclaire l'abside, la partie en demi-cercle où se trouve l'autel. Une galerie en forme de U court au-dessus des chapelles latérales. Un faux triforium surplombe cette galerie et les chapelles du déambulatoire. Il fait ainsi tout le tour de la nef. Depuis le triforium les clés de voûtes peuvent être observées de près. Le long des vaisseaux collatéraux se trouvent dix-sept chapelles couvertes d'ogives à six branches, avec des arcs d'ogive à chaque entrée. Deux des chapelles, entre chaque contrefort, ont une projection intérieure. La chapelle Sainte Lucie, dont l'accès se fait par l'extérieur, vient s'ajouter à ces chapelles. Elle se trouve au coin en bas à droite sur le plan.

INFORMACIÓN TURÍSTICA

Informations Barcelona
Informations générales
Information touristique
Ajuntament de Barcelona
Guide Barcelona